Le témoignage d'Olivier PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Témoignages - L'histoire d'Olivier
Écrit par Camille et Anna   
Dimanche, 19 Février 2012 23:21

Je me présente, je m’appelle Olivier ( « prénom de scène » ) , 16 ans , ayant eu une imperforation anale forme haute a la naissance.

Je tiens à écrire pour les parents qui ont un enfant ayant la même pathologie que la mienne. Mes mauvais moments sont passés au prix de nombreux efforts, et j’aimerais donc guider les parents concernés, dans une voie qui pour moi a été libératrice.


Quand j’étais enfant, nous habitions en Afrique et je me rappelle de nombreux « accidents » impliquant de me changer. Tout ce que je faisais était régi par mon handicap : une partie de foot sur le parking avec les copains ou pour faire du sport, ou  ne serait-ce  qu’aller rendre un plat chez la voisine..

L’été, nous revenions en France, et mes vacances étaient interrompues par des séances de kiné. L’institut se trouvait a une heure de trajet ; au début, cela m’embêtait, mais avec le temps et la rencontre de Tatiana (la kiné), mes séjours là bas étaient on ne peut plus profitables et de moins en moins désagréables.


Années après années, Tatiana et moi avons pu « établir » ma rééducation, j’emploie le terme « établir » car à mon avis, d’un enfant a l’autre la méthode change complètement.


Pour moi, l’essentiel du travail de rééducation est en fait une hygiène de vie, j’entends par là un régime alimentaire correct , constitué de toutes sortes d’aliments , mais avec une insistance sur des légumes , et certains fruits, qui permettent un bon transit.


J’attire maintenant votre attention sur ce que je vais dire, et je suis convaincu que s’il faut retenir quelque chose de ce que j’ai dit, c’est bien cela : le plus important est d’avoir un rythme régulier de passage au toilettes.

J’INSISTE , il faut y aller 3 fois par jour, matin, midi et soir après avoir mangé et en aucun cas faire l’impasse sur un de ces passages. S’il y a un conseil que j’ai à donner, c’est de respecter cela, même si l’avis général serait de penser que le plus important est de faire les séances de kiné. Si l’enfant respecte déjà ce système, le travail du kiné sera alors facilité.


Un important travail que Tatiana a réalisé, a été de « muscler » certains muscles qui m’ont permis de compenser la perte ou l’absence de muscles importants servant notamment a la retenue des selles. Donc je conseille aussi de trouver un sport qui conviendra à l’enfant, malgré les difficultés qui se présenteront. Encore une fois, avec des « tablettes de chocolat »,  ça mâchera le travail du kiné (et pour les garçons : ça plait au filles ! ).

En plus de ce problème là, je suis asthmatique et daltonien. Je pensais vraiment que j’avais de la malchance, et je demandais souvent à mes parents pourquoi j’avais tout ça alors que mon frère était « normal ».

Avec le temps j’ai compris que personne n’était « normal », que chacun avait ses petits soucis et que d’un individu à l’autre, les soucis étaient plus ou moins importants et visibles.

Le processus de rééducation me permet finalement maintenant de vivre sans (ou presque) soucis à me faire pour mon « petit secret ». Malgré de dures étapes, il faut relativiser : des solutions existent, certains enfants ont un handicap bien plus grave.  

Le handicap de vos enfants peut être pris en charge et comme le mien il peut devenir juste un souvenir.